La médecine chinoise

La médecine traditionnelle chinoise (M.T.C) est un système médical complet qui puise ses origines plusieurs milliers d’années avant notre ère.

Ses fondements philosophiques sont issus du Taoïsme et elle développe une vision autant rationnelle que spirituelle pour décrire les phénomènes de la vie, de la nature et de l’Homme dans son environnement.

Une médecine moderne !

Loin d’être enfermée dans des rites traditionalistes et non soumise à des préceptes religieux, la M.T.C répond à un besoin très actuel de quête de sens dans notre société très matérialiste.
La vision de la médecine chinoise est holistique, c’est à dire qu’elle conçoit l’humain comme un tout, unissant ses composantes physiologique, psychologiques et spirituelles.

Outils et méthodes de la M.T.C sont basés sur la notion de Qi (Tchi), qui peut se traduire par « énergie ». Une notion absente de la médecine occidentale car difficilement mesurable, observable, objectivable.

Prévenir la maladie


Le Qi est à la base de la physiologie du vivant et constitue toute chose dans l’univers. La matière est du Qi condensé.
Pour faire le pont avec la physique moderne, Albert Einstein a mis en équation ce que la tradition chinoise a observé depuis des milliers d’années : La matière c’est de l’énergie ; E=MC²…
Dans son livre « Le Tao de la Physique », le physicien Fritjof Capra établit des liens étonnants entre les observations des physiciens quantiques du 20ème siècle et les citations des mystiques de l’Antiquité.

Dans le corps humain, la maladie intervient lorsque le Qi ne circule pas de façon harmonieuse. Et les déséquilibres du Qi provoquent à terme des pathologies très concrètes.
En mangeant, en buvant, en respirant, en marchant, on entretient et on fait circuler notre Qi.
L’idéal est donc par une hygiène de vie adaptée et par la pratique de la médecine chinoise, de maintenir une circulation harmonieuse du Qi.
Une bonne hygiène de vie est basée sur une alimentation correcte, une pratique physique régulière et mesurée, une bonne respiration, des auto-massages, la méditation, la marche, les liens sociaux…

Nous ne contrôlons pas tous les aspects de notre vie, loin s’en faut. C’est pourquoi nous avons parfois besoin d’un accompagnement pour traverser une période difficile, surtout dans notre société moderne qui nous sollicite de manière importante aussi bien physiquement qu’émotionnellement.
Consulter en médecine chinoise consolide notre faculté d’adaptation.

Le travail du Qi permet d’aider notre corps et notre esprit.
Comment on travaille son Qi ? Et bien on peut commencer par pratiquer le Qi Gong et des exercices de respiration.

Les disciplines de la médecine chinoise :

  • Acupuncture (à laquelle on associe le Guasha, les ventouses et les moxas)
  • Pharmacopée
  • Massage Tuina
  • Diététique
  • Qi Gong

Pour plus d’infos sur les disciplines de la Médecine chinoise, cliquez ici.

Les méridiens.

Le texte complet le plus ancien sur la théorie de la médecine chinoise, le « Classique de la Médecine Interne de l’Empereur Jaune » (Huáng Dì nèi jīng), est un jalon important dans l’histoire de la pensée médicale.
Dans cet ouvrage, le corps est décrit comme un système unifié par un réseau de méridiens.

Les méridiens créent une sorte de tissus qui fédère les organes, l’environnement, la maladie, et son traitement dans un tout unifié.

Ainsi, très tôt, les théoriciens de la médecine chinoise se sont efforcés de comprendre la relation qu’il y avait entre microcosme et macrocosme, entre le corps humain et son environnement.

Dans le Classique interne, le Huáng Dì nèi jīng, il est décrit trois concepts fondamentaux qui constituent les piliers de la médecine :

  •  Le yin-yang : L’équilibre des contraire est représenté par le yin et le yang. Ce concept simple et profond image bien la dualité omniprésente de notre monde.A l’image de l’aimant et ses pôles positif et négatif, le yin et yang sont indissociables ; l’un n’existe pas sans l’autre.
    Au sens originel, le yin est associé au versant ombragé d’une colline (froid, sombre, caché, nocturne, introverti…) et le yang au versant ensoleillé (chaud, lumineux, visible, diurne, actif…)
  • Les méridiens : Notre corps est parcouru par des circuits le long desquels circule l’énergie vitale, le Qi. Ces circuits appelés méridiens, sont comparés à des rivières parcourant le corps pour irriguer et nourrir les tissus.
    Le système des méridien est un réseau qui relie intègre et communique dans le cadre des divers aspects de la physiologie.
    Le blocage de la circulation de cette énergie est responsable de l’apparition des symptômes. Cette énergie stagnante peut être débloquée en stimulant certains points précis sur les trajets des méridiens également appelés canaux (channel en anglais).
  • Le Qi (se prononce Tchi) : Traduit par énergie, c’est le souffle vitale qui anime les mouvements physiologiques du corps.